Le Direct

L'ex-sénateur Joseph Castelli condamné à quatre ans de prison dont trois fermes pour trafic d'influence passif

Ce mardi, le tribunal correctionnel de Bastia a condamné l'ex-sénateur de Haute-Corse Joseph Castelli à quatre ans de prison dont trois fermes pour trafic d'influence passif. Celui-ci, absent à l'audience, a un mois pour se présenter auprès des autorités pour déterminer les conditions de son incarcération, cette peine étant accompagnée d'un mandat de dépôt. Sa peine est complétée par une amende de 100 000 euros et la confiscation, à hauteur de 300 000 euros, de sa villa.

Une condamnation qui intervient dans le dossier concernant la construction de sa villa, dont le prix, selon la justice, a été fortement revu à la baisse en échange de marchés publics accordés à des entreprises de bâtiments et travaux publics. A l'époque des faits, entre 2009 et 2016, Joseph Castelli était en effet président du conseil départemental de Haute-Corse.

Dans ce dossier, Charles Rugani et Patrick Brandizi, deux chefs d'entreprise qui ont, selon la justice, bénéficié de ces largesses, ont été condamnés à deux ans de prison avec sursis, et respectivement à 80 000 et 250 000 euros d'amende. Ceux-ci comptent faire appel de leur condamnation, tout comme Joseph Castelli. Enfin Paul di Luna, un troisième chef d'entreprise, a lui été condamné à un an de prison avec sursis et 15 000 € d'amende.