Le Direct

Grand débat à Cozzano : Emmanuel Macron ferme concernant la mémoire de Claude Erignac, l'autonomie et la coofficialité

(Julien Pernici & Maria Lanfranchi – Alta Frequenza) - En réponse à la question de Jean-Baptiste Luccioni, le président de la République s'est livré à une véritable introspection concernant la question corse. Ainsi, Emmanuel Macron, revenant sur les choses que la République a pu mal faire en Corse dans l'histoire, a cité l'exemple d'Aleria, une plaie refermée, contrairement à celle, selon lui, de l'assassinat du préfet Claude Erignac en 1998. Pour le président de la République, cette plaie ne se refermera pas tant qu'une condamnation claire de l'acte ne sera pas intervenue de la part de la famille nationaliste, et est un préalable à l'amélioration des relations entre la Corse et l'Etat. Par la suite, Emmanuel Macron a de nouveau affirmé qu'il a mis en oeuvre, avec le gouvernement, les éléments nécessaires à l'autonomie. Mais une autonomie dans la République, comme promis lors de sa campagne. Emmanuel Macron qui a de nouveau affirmé son opposition définitive à la coofficialité de la langue corse. 

On écoute Emmanuel Macron.