Info corse   L'actu  Procès des gîtes ruraux : une des prévenues revient sur ses déclarations

Procès des gîtes ruraux : une des prévenues revient sur ses déclarations

Publié le 23/11/2016, 12h19

(Julien Pernici - Alta Frequenza) - Troisième jour du procès des gîtes ruraux devant le Tribunal Correctionnel de Bastia. Une matinée marquée par le coup de gueule de Paul Giacobbi, qui questionné sur l'importance de feu le maire de Moltifao Serge Grisoni dans le cadre de son élection à la tête du Conseil Général de Haute-Corse par l'avocat de l'association ANTICOR, s'est étonné que l'on "fasse de la politique dans un prétoire", rappelant qu'il a "passé sa vie à traquer l'illégal [...] au risque de sa carrière politique". Autre événement, la volte-face de Faustine Arrighi qui a admis contrairement à ce qui avait été dit devant le juge, avoir retiré, rempli et déposé le dossier portant le nom de son mari Pierre-Paul. Un dossier déposé pour trois gîtes ruraux, avec au final pour seule construction une villa. Celle-ci, secrétaire de Thierry Gamba-Martini au conseil général à l'époque des faits, et aujourd'hui secrétaire de groupe de Prima a Corsica à l'Assemblée de Corse, a affirmé ne pas avoir pu parler de son projet à Thierry Gamba-Martini car en congé maternité à l'époque.

Des remarques sur son salaire ont aussi été faites, ce qui a fait bondir l'avocat du couple Arrighi, maître Olivier Combe.

> L'articulu in lingua corsa